LA MISSION EN MER

La conservation des mammifères marins et de leur habitat passe par une meilleure compréhension de leurs conditions et rythmes de vie, ainsi que de leur répartition spatio-temporelle.

Depuis 1995, Battibaleno déroule une campagne de télésurveillance de la Méditerranée occidentale, selon la méthode du * transect linéaire et de la photo-identification, pour évaluer l’importance et l’évolution annuelle, sur la présence de mammifères marins, améliorer les connaissances sur la distribution, les habitudes, les déplacements et approfondir, en naviguant, les autres aspects liés à la compréhension du comportement de ces animaux.

Battibaleno navigue à la voile. La navigation à la Voile est respectueuse du milieu marin, et produit moins de dérangements acoustiques favorisant ainsi les rencontres avec les mammifères marins.

Les missions en mer sont l’occasion précieuse pour recueillir des images photographiques et audiovisuelles, destinées à sensibiliser le grand public sur l’importance de protéger la richesse de la vie présente dans le Sanctuaire Pelagos.

Aux missions en mer, peuvent participer chercheurs, amateurs et étudiants de toutes nationalités. En savoir plus >>>

Le Skipper est Alberto Marco Gattoni, Formation des Glénans, Permis Nautique Lega Navale Italiana depuis 1985, Yacht Master Off Shore depuis 1998, photographe, président fondateur de l’association Battibaleno, plus de 50.000 milles de navigation parcourus, plus de 20 ans d’expérience de navigation pour la recherche et l’observation des cétacés.


* Transect linéaires et photo identification

Le principe du transect linéaire consiste à utiliser une plate-forme de travail (voilier) se déplaçant selon un cap fixe et à une vitesse constante (supérieure à 3 noeuds), en ligne droite entre deux points. Trois observateurs sont présents constamment sur le pont et scrutent les 180° avant de la trajectoire du bateau. Ils relèvent sur des feuilles d’observation: a) l’heure et la position du début des observations; b) l’heure, la position (position GPS, angle et distance radiale par rapport au bateau), le nombre et le comportement des animaux observés, ainsi que les conditions météorologiques. Pour ce faire, chaque équipe utilise un positionneur GPS et des jumelles paramétriques 7 x 50 comportant une graduation de distance et une boussole; c) l’heure et la position de tout point de virement de la route; d) l’heure et la position de la fin des observations. Cette technique s’applique aux espèces de cétacés suffisamment communes, réparties sur de vastes étendues marines. Elle s’exécute en mode dit “de passage” qui est une méthode des moins intrusives et, par conséquent, des moins perturbatrices pour les animaux. L’état de la mer doit être inférieur ou égal a 4 sur l’échelle de Beaufort, afin de ne pas masquer des animaux de petite taille. Les photos prises durant les expéditions sont classées dans une banque d’images susceptibles par la suite d’être comparées avec les photos d’autres organismes et utilisées par les scientifiques intéressés. Concernant notre méthode de travail pour le transect linéaire, nous appliquons point par point les directives que la Commission Internationale pour l’Exploration Scientifique de la Méditerranée (CIESM) énoncée dans l’annexe B de son rapport d’atelier sur la Distribution géographique des cétacés de Méditerranée et de Mer Noire, intitulé “Méthodologie à appliquer en mer pour obtenir une estimation des abondances” (Monaco 12-13.01.1996).ù

Le but de notre mission en mer est de collecter suffisamment de données sur la présence et la répartition géographique des différentes espèces présentes dans le bassin tyrrhénéo-liguro-provençal. Cela permet de “quantifier” les populations de cétacés dans les zones côtières et de haute mer du sanctuaire marin, et de mieux comprendre l’écologie, la distribution et la dynamique de ces populations. Cela permet aussi de calculer statistiquement les indices d’abondance relative de la distribution spatio-temporelle des différentes populations, par la méthode du transect linéaire ou transect de ligne. L’avantage de cette méthode est qu’elle fournit des données comparables d’une année à l’autre, indépendamment de l’effort d’observation.

Zones d’étude: zone marine du Sanctuaire Pelagos où la profondeur varie de quelques mètres (rivage) jusqu’à l’isobathe des 2.600 mètres de fond au large.

BATTIBALENO collabore avec I.S.P.R.A. ( Instituto Centrale per la Recerca Applicata al Mare), pour la rédaction du Rapport National des recherches sur les cétacés pour l ‘ I.W.C, International whaling comission.


 

iwc-log-new

2. SC-57-ProgRepItaly.pdf

3. SC-58-ProgRepItaly.pdf

4. SC-59-ProgRepItaly.pdf